Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Sphere

Fire Pon A Deadas

6 Mars 2012 , Rédigé par La Sphere Publié dans #One Day, One Mood, One Track

 

Aujourd'hui, coup de projecteur sur un artiste jamaïquain imprégné de culture rastafari, Dwight Duncan, aka Bushman.

Né en 1973 dans le village de Spring Garden, sur la péninsule jamaïquaine, Bushman fut en effet élevé dans la culture rasta des l'âge de deux ans. A l'image de beaucoup d'artistes jamaïquains, Bushman fait ses premières gammes à l'église de sa paroisse. Adolescent, fortement influencé par des artistes comme Black Uhuru, Sly & Robbie, Garnett Silk, Luciano ou Peter Tosh, il commence à faire parler de lui en sound system sous le nom de Major Sardine. Comme ses prédécesseurs, Bushman chante la paix universelle, ses textes étant teintés de messages "conscients".

Steely, producteur des premiers morceaux de Bushman avec Clevie, pas convaincu du pseudo "Major Sardine", lui donnera son nom de scène actuel, "Bushman", qui veut dire médecin. Son premier album, "Nyah Man Chant", sort en 1997 chez Greensleeves et est produit par le même duo. Cet album imposera Bushman sur la scène musicale jamaïquaine.

Quatre ans plus tard, et trois LP apres, Bushman enregistre le long format "Higher Ground", toujours pour le compte du label Greensleeves.

En voici un extrait, "Fire Pon A Deadas", dans la pure veine Digital Roots!

 

Bushman : "Fire Pon A Deadas"

Album : Higher Ground (Greensleeves/2001)


Bushman-Higher-Ground.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article