Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Sphere

Nosferatu

22 Janvier 2013 , Rédigé par La Sphere Publié dans #Le Telex-Spherique, l'actu ludique

Nosferatu-boite-jeu.jpgSi vous avez les crocs, rassurez-vous car le plus célèbre des suceurs de sang est de retour dans "Nosferatu", première création ludique de l'auteur Pierre-Yves Lebeau.

Édité par la toute jeune boite Grosso Modo, "Nosferatu" est un pur jeu de bluff en équipe dans la lignée des "Loups Garous de Thiercelieux" ou de "Résistance".

En effet, si le thème est complètement diffèrent, "Nosferatu" reste tout de même fidèle aux mécaniques du genre. 

Nous sommes en 1887.

Un Vampire se réveille pour étancher sa soif de sang, heureusement de courageux humains s’allient pour l’anéantir, tout en prenant garde de déjouer les manigances de Renfield, son fidèle serviteur.

"Nosferatu" se présente comme un jeu semi-collaboratif composé essentiellement de cartes. En effet, deux camps vont s'opposer: Le vampire et son acolyte Renfeld d'un côté, les chasseurs de vampire de l'autre.

Nosferatu-illo1.jpg

En début de partie, on choisit en groupe qui incarne le rôle de Renfield, ce dernier étant donc connu de tous... mais c'est aussi lui qui va distribuer le reste des rôles, vampire et chasseurs, aux autres joueurs!

Le vampire se dissimule donc parmi les chasseurs. Ces derniers vont devoir identifier le vampire et l’anéantir (à l'aide d'un pieu) avant qu’il ne puisse leur infliger 5 cartes Morsure, synonyme de défaite.

Chaque joueur pioche 2 cartes, excepté Renfield qui lui, donne le Pieu Ancestral (qui permet de détruire le vampire) à un joueur de son choix (nous vous rappelons que Renfield connaît tous les rôles autour de la table!). Ce dernier, porteur du lourd fardeau, pioche 2 nouvelles cartes, puis les autres joueurs font de même. Ensuite, ils doivent immédiatement défausser une carte de leur main face visible, donnant ainsi (ou pas!) des indications sur leur identité aux autres joueurs, puis en choisir une autre à donner face cachée à Renfield!

Nosferatu-illo3.jpg

On retourne ensuite une carte Horloge: Si c'est encore la nuit, la manche continue, mais si c'est l'aurore, le tour prend immeditement fin!

Pour finir, Renfield mélange les cartes reçues de telle sorte qu'on ne sache pas qui a joué quoi et constitue une pile.
Ce système permet au joueur vampire d’agir en toute discrétion afin de placer des cartes Morsure (en effet, Renfield peut attribuer au joueur de son choix une carte Morsure). Si vous subissez une Morsure, vous devrez défausser une carte de votre réserve... mais vous pourrez parfois vous soigner avec une carte Tranfusion qui permet d'annuler une Morsure!

Au fur et à mesure que la partie avance, des indices vont s’accumuler et permettre aux chasseurs de démasquer le vampire. Ces indices sont révélés par la défausse des joueurs et par la pile Horloge, constituée de plusieurs cartes Nuits et d’une carte Aurore.

Nosferatu-illo2.jpg

Les chasseurs remportent la victoire s’ils arrivent à tuer le vampire avec le Pieu Ancestral. Ce dernier peut être utilisé à chaque lever du Soleil (lors de l'apparition de la carte Aurore). Mais en cas d’erreur, un pauvre chasseur innocent est tué et le Mal remporte la victoire! Heureusement, des cartes Nuit vont s'ajouter à la pile Horloge, permettant ainsi de rallonger la durée de la nuit (en contre-partie, la carte Distortion Temporelle permettra de retirer une carte Nuit de la pioche!).

"Nosferatu" est donc un pur jeu de bluff destiné à des joueurs au sens tactique aiguisé. Il faudra se montrer discret pour ne pas se faire "repérer" trop rapidement et faire preuve d'un bon sens de déduction afin de déjouer les plans diaboliques du vampire et de son bras droit Renfield!

Les illustrations de "Nosferatu" sont assurées par Ismaël. Le jeu se joue de 5 à 8 joueurs âgés d'au moins 10 ans, pour des parties de 20 minutes. Il sera présenté au prochain festival international du jeu de Cannes, début mars 2013.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article